Images Analogues

Arts visuels et nouveaux médias

 Au travers de phénomènes optiques comme le Pepper’s ghost, techniques, industriels ou physiques comme la réinterprétation de la vitesse de la lumière, les Yeux d’Argos questionnent la réalité-humaine, l’existence et la société.  Les créations mettent en miroir le sensible avec des considération sur la présence, le vivre ensemble, la mémoire, le désir, le rire… et le scientifique.

Stars
Maquette du temps céleste
( échelle 1/10millions )

Exposition de Stars à La Fileuse à Loos

dans le cadre de l’inauguration de cette scène culturelle.

Si l’étoile Deneb s’éteignait aujourd’hui, elle continuerait d’illuminer notre ciel pendant encore 3 000 ans. C’est le temps nécessaire pour que sa lumière nous atteigne. Le passé se confond à notre présent à l’échelle de l’univers.
Stars est une oeuvre qui ralentie virtuellement la vitesse de la lumière (à échelle 1 / 10 000 000) pour rendre ce phénomène intelligible. Ce nouvel espace temporel reflète l’image du public face à ces nouvelles données physiques. Il pourra se déformer, se confondre ou se compléter avec les corps des autres spectateurs…

Expositions : La Fileuse (Loos) du 4 octobre au 14 décembre 2019

Résidence : 2 semaines de résidence en 2019 (Loos)


Coproduction : La Fileuse, scène culturelle / Ville de Loos

Auteure : Marie Langlois / Programmation vidéo : Thomas Zaderatsky & Marie Langlois / Programmation  et création sonore : David Lemarechal.

Shiva
Installation chorégraphique immersive
 

Exposition Shiva à la Maison Folie Beaulieu de Lomme dans le cadre de l’anniversaire des 10 ans du lieu.

Shiva est une expérience insolite et ludique de sa propre présence. L’œuvre génère des liens entre les personnes présentes par le biais du jeu, de la danse et de l’expérimentation. Filmée par quatre caméras, l’image du public se multiplie sur quatre écrans translucides motorisés. Il devient partie prenante de la création, s’amuse avec son image transformée et collabore avec les performeurs et les autres membres du public. Les écrans vidéo s’ouvrent et se ferment les uns après les autres, les uns autours des autres. Ils tracent des chemins dans le temps et accompagnent le public dans la construction de cette œuvre commune.

Expositions : Maison Folie Beaulieu du 19 septembre au 9 octobre 2019
Performance de danse avec Isida Micani ( Akoma Névé ) et Asaf Mor le jeudi 19 septembre à 19h.

Résidence : 4 semaines de résidence en 2019 à la Maison Folie Beaulieu


Coproduction : Région Haut de France – Pictanovo – Ville de Lille – Ville de Lomme – Maison Folie Beaulieu

Auteure : Marie Langlois / Son : Claire Bellamy / Contruction et régie : Olivier d’Encausse et Nicolas Croissant / Programmation : Thomas Zaderatsky /electronique : Thomas Pukrop

L'Homme Hanté
Miroir holographique du temps passé
 

« La mémoire s’avère une interface critique
entre la sphère du subjectif et la sphère du relationnel.
Nos souvenirs appartiennent à notre intimité
mais aussi à la relation avec autrui. »
Franca Madioni

Expositions : 

– Nuit Blanche de Paris – samedi 6 octobre 2018 de 19h à 3h – Eglise Saint-Pierre du Gros Caillou, 75007 Paris                                                                                            

– Galerie Robespierre de Grande-Synthe – 12 mai au 16 juin 2017 

Ateliers théâtre : les 22/23/24/29/30/31 mai 2017
Moment impromptu créé par la Compagnie des Mers du Nord le 8 juin 2017 autour de L’Homme Hanté

Résidence : du 24 avril au 5 mai 2017 à l’École d’Arts Plastiques Permeke de Grande-Synthe puis du 6 mai au 12 mai 2017 à la Galerie Robespierre de Grande-Synthe


Coproduction : Galerie Robespierre – Ville de Grande-Synthe, Pictanovo, Ville de Lille

L’Homme Hanté est une installation audiovisuelle interactive reprenant le principe illusionniste du Pepper’s ghost. Le dispositif accumule l’image des spect-acteurs tout au long de la journée sur un décor épuré rappelant la fin du 19ème.

Genèse

Le Pepper’s ghost est une technique d’illusion d’optique perfectionnée par John Henry Pepper et utilisée pour la première fois, en 1862, à Londres dans une représentation de la pièce L’Homme hanté ou Le Pacte du fantôme de Charles Dickens. Cette œuvre met en lumière l’importance de la mémoire dans notre construction personnelle et interpersonnelle.

L’installation fait écho au propos de Dickens, faisant vivre l’expérience de la mémoire collective et personnelle au public. Le dispositif permet de donner une place au spect-acteur parmi les autres à travers le temps, de créer une relation créative entre les uns et les autres au cours de la journée.

Une installation interactive

Le public est accueilli dans un monde où seul, face à un miroir, une banquette l’invite à s’assoir. Ce même mobilier est également installé derrière la vitre. De cet autre côté, un jeu de lumière en mapping accentue la transparence de la matière. En trompe-l’œil, les fantômes (hologramme) du passé dont nous faisons partie s’agglutinent dans l’espace.

Projeté parmi tous ceux qui les ont précédés, le public doit trouver sa place entre les corps, construire avec eux l’espace. Cette mise en scène chimérique de la mémoire du lieu questionne notre rapport aux autres et à la temporalité.

Cette illusion reflète l’image d’un monde où il faut composer avec ceux qui ont été, ceux qui nous suivront, dans le peu de place que nous accorde le temps. Les autres nous habitent, nous contraignent, nous rendent créatifs, et affectent le futur de chacun d’entre nous. L’homme fait partie d’une œuvre en devenir, d’un projet fatalement inabouti, dont la finalité nous échappe chaque jour. Si nous devons vivre avec les autres, nous devons aussi créer avec eux, réaliser leur présence et nous réaliser.

Auteure : Marie Langlois / Programmation : David Lemarechal et Adrien fontaine / Contruction et régie : Olivier d’Encausse et Nicolas Croissant

Un Loup pour l'Homme ou... un poisson

Le titre de l’œuvre détourne avec humour le postulat « L’homme est un loup pour l’homme » bien connu du philosophe Hobbes. Ici, une partie des personnages mutent sous forme animale en fonction des contextes sociaux qu’ils rencontrent. L’objet est de mettre en évidence les différentes natures de l’homme en s’amusant de clichés sociaux : une queue de fourmi apparait au travail, une patte de taureau lors d’un accrochage de voiture…

Vidéo : Marie Langlois / Animation : Cléo Sarrazin / Comédiens : Cléo Sarrazin / Cyril Brisse

Exposition : Projection lors de l’exposition « Anatomie de l’Étrange » au Musée d’Histoire Naturelle de Lille – octobre 2012 à mars 2013

Coproduction :
Mairie de Lille, Musée d’Histoire Naturelle de Lille

Alter Ego

« Tout sujet est le reste instable d’un couple dont la moitié que l’on a ôtée ne cesse jamais de revendiquer celle qui est restée », Peter Sloterdijk, « Bulles », Sphère I

Alter Ego est la performance dédoublée d’une comédienne danseuse qui joue deux fois le même rôle. Ces deux films ont été superposés au montage pour créer une danse étonnante. L’actrice joue son scénario dans un couloir étroit, limitant l’ampleur de ses gestes. Le cloisonnement est perceptible dans sa gestuelle et crée un sentiment d’impasse dramatique. Une composition de Mozart accélérée (en format midi) accompagne la vidéo et amplifie l’effet à la fois comique et oppressant de l’ensemble.

Cette création image les comportements fusionnels que nous pouvons entretenir avec l’autre et met en miroir l’enthousiasme et l’étouffement que ces rencontres procurent.

Création vidéo : Marie Langlois / Comédienne : Sarah Blion

Expositions :
Mai 2011 à la Galerie Rezeda – La madeleine
Juin 2012 au Festival Boule à Facettes – Soissons